MAIRIEPROJETSVIE LOCALECADASTREVOS QUESTIONS



p30-04-09_112902.jpg 300px-riventosa-village.jpg p1010046.jpg mer3.jpg cafe 2.jpg img_2833.jpg bkg_181722_1745720.jpg riventosa2.jpg la rue du four.jpg
Le four

alt alt

  
          Le four était un élément central de la vie communautaire. Jadis, le village comptait six fours, communaux ou privés. Chaque vendredi ou samedi soir, on les allumait pour cuire le pain de la semaine. Les jours de fête, on y cuisait des galettes à la farine de blé ou de châtaigne ainsi que d’autres spécialités : bastelle di gragnuli, micchette, narbate, migliacci, mustose...
         
          La fabrication du four obéit à des règles bien précises. Première étape de la construction, la sole (surface sur laquelle est déposé le pain) se compose d’un mélange d’argile compactée et de briques rouges. Le dôme, couvert de pierres, est alors édifié autour de cette sole. Il existe plusieurs types de recouvrement, le toit du four de Riventosa est en lauze. Cette pierre possède des propriétés isolantes permettant de conserver une température élevée et constante à l’intérieur du dôme. La disposition particulière des plaques facilite l’évacuation de la fumée. Son architecture est particulière, il s’insère dans un ensemble destiné à faciliter le confort des utilisateurs : grande voûte et banquettes latérales. Durant les froides journées d’hiver, les villageois venaient s’y abriter, se réchauffer et discuter. Il était autrefois le lieu de convivialité par excellence. On raconte même qu’il a parfois servi de refuge à de pauvres gens de passage.
 
          Pascal Alberti, 97 ans, se souvient : « On demandait aux plus jeunes de fabriquer une mondulaghja, une sorte de balai de cistes pour enlever les cendres. Ils étaient récompensés par un morceau du premier pain sorti du four. Ces moments sont inoubliables et resteront à jamais gravés dans ma mémoire, et dans celles de tous les anciens. Je suis heureux et satisfait de voir que le four est à nouveau fonctionnel ».
 
          Restauré en 2000, u fornu di a sulia a permis aux villageois de renouer avec le passé puisque, à différentes occasions, I Riventosani s’y réunissent pour retrouver les saveurs d’antan : les traditionnels migliacci de Pâques qui sont de petites galettes à base de pâte à pain et de fromage frais généralement cuites sur des feuilles de châtaignier.

U FORNU
 
Era u fornu l'elementu di primura di a vita in cumunità. Tempi fà, ci n'era sei in paese. Eranu accesi ogni venneri o ogni sabbatu da fà coce u pane. I ghjorni di festa, ci si cucia dinù e bastelle di granu, di castagna, di gragnuli, e micchette, e nerbate, i fiadoni, e mustose...
Rifattu in 2000, u fornu di a sulia permette oghje à i Riventusani di ritruvassi pè manghjà quelli migliacci u ghjornu di Pasqua è pè d'altre occasione.
 
 
U FORNU

Lo forn èra un element central de la vida comunitària. Abans, lo vilatge comptava sièis forns, municipales o privats. Cada divendres o dissabte ser, s'alugavan per còder lo pan de la setmana. Los jorns de fèsta, s'i codien de còcas en la farina de blat o de castanha aital coma d'autras especialitats : bastelle di gragnuli, micchette, narbate, fiadone, migliacci, mustose...

La fabricacion del forn aubedís a nòrmas plan precisas. Primièra estapa del bastiment, lo llenguado (superfícia qu'es sus el depausat lo pan) se compausa d'una barreja d'argila comprimida e de maons roges. La copòla, tampa de pèiras, es alavetz edificada a l'entorn d'aquel llenguado. Existís de divèrses tipes|paios de recobriment, lo tet del forn de Riventosa es en lauze. Aquela pèira possedís proprietats en isolant en permetent de conservar una temperatura anautita e constanta dins de la copòla. La disposicion particulara de las placas facilita l'evacuacion del fum.
La siá arquitectura es particulara, se insereix en un ensems destinat a facilitar la comoditat dels usatgièrs : grand torn e de banquetas lateralas. Pendent las fredas jornadas d'ivèrn, los pobletans venián s'i protegir, rescalfar-s'e discutir. Èra abans lo luòc de convivialité per excelléncia. Se conta quitament qu'a servit de còps de refugi a pauras gents de passatge.
Pascal Alberti, 97 ans, se remembra : «Se demandava als mai joves de fabricar una mondulaghja, una sòrta d'escampa de cistes per prene los cendres. E esperàvem qu'après se nos donèsse un tròç del primièr pan del forn. Aqueles moments son indesbrembables e contunharàn d'èsser per totjorn grauats en la miá memòria, e en las de totes los ancians. Soi|Soi erosa e satisfach de veire que lo forn es de nòu en foncions».

Restaurat en 2000, u fornu di a sulia a permés als vilatgés de se tornar prene amb lo passat doncas que, a desparièras escasenças, E Riventusani s'i amassan per trobar las sabors d'antan : los tradicionals migliacci de Pasca que son de pichonas còcas a basa de pasta a pan e de formatge fresc generalament cuèches sus de fuèlhas de castanhièr.
 








 
Nous contacter - Réalisation du site